Séminaire d’Ernest Rossi : Psychobiologie de l’expression génique, neurogénèse et guérison en psychothérapie

Séminaire organisé par l’Institut Milton H. Erickson de Paris, 21 et 22 juin 2003, Paris
Compte rendu d’Irène Bouaziz et de Chantal Gaudin

Ernest Rossi a la particularité d’être à la fois un grand praticien de l’hypnose et un chercheur en neurosciences particulièrement pointu.

Ernest Rossi et sa femme Kathryn ©Paradoxes

Il fut l’élève, puis le collaborateur de Milton H. Erickson durant les huit dernières années de la vie de celui-ci.
C’est à Ernest Rossi que l’on doit la publication de l’intégrale des articles de Milton H. Erickson (Collected Papers, version française : Intégrale des articles de M. H. Erickson sur l’Hypnose, éditions SATAS).

Nous n’avions pas eu le plaisir de le voir à Paris depuis 11 ans et nous attendions sa venue avec d’autant plus d’impatience que nous savions que ses recherches sur l’hypnose s’étaient enrichies des extraordinaires progrès des neurosciences ces dernières années.

Ernest Rossi fait figure d’extraterrestre parmi les thérapeutes ericksoniens; délaissant les métaphores fleuries, les contes de fée et les paraboles lourdes d’enseignements, il a choisi une approche géno-neuro-physiologique pour proposer, d’une part, des hypothèses explicatives sur les changements induits par les thérapies et, d’autre part, une épure de la pratique de l’hypnose.

Ce séminaire, remarquable en bien des points, a commencé très fort par l’évocation de ce que lui avait enseigné l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime il y a plus d’un an.
Nous avons retraversé avec lui le choc d’une atteinte cérébrale, les handicaps qui s’en sont suivis et le long processus de rééducation dans lequel la pratique de l’auto-hypnose, les rêves et les émotions esthétiques ont joué un rôle important. Cette terrible expérience lui aura permis, nous a-t-il expliqué, de mieux comprendre certains des propos de Milton H. Erickson, lui-même lourdement handicapé par la poliomyélite et qui avait, toute sa vie durant, utilisé des techniques hypnotiques pour surmonter ses difficultés (en 1948 Erickson parlait déjà de processus neuro-psycho-physiologique à propos de l’hypnose).

Tout au long de ces deux journées des exposés théoriques sur les différents facteurs influençant l’expression des gènes, et par là les réorganisations possibles au niveau des cellules cérébrales, ont alterné avec des mises en pratique par des techniques hypnotiques visant à activer cette expression génique dans un but thérapeutique ou créatif.

Si Ernest Rossi a largement étayé ses exposés par des citations tirées des écrits des premiers théoriciens de l’hypnose comme des résultats des plus récentes recherches sur la neurogénèse, les ponts qu’il propose avec la pratique clinique ne sont pas toujours faciles à comprendre.
Cependant, les techniques hypnotiques qu’il nous a présentées sont toutes d’une grande simplicité, représentant une sorte d’épure de la pratique de Milton H. Erickson dans l’utilisation des processus naturels de transe et de guérison. Nous sommes loin de l’idée que l’hypnose se résume à un phénomène de suggestion.

Erickson dénonçait déjà les limites de la suggestion directe et comprenait la thérapie comme le résultat d’une «re-synthèse interne du comportement du patient, accomplie par le patient lui-même.»
Rossi va maintenant plus loin en se référant aux neurosciences pour comprendre les mécanismes des ré-associations permises par la psychothérapie.

La génomique (à ne pas confondre avec la génétique qui concerne l’hérédité et n’est pas influencée par les facteurs extérieurs, sauf dans les cas exceptionnels de mutation) nous apprend que l’expression des gènes est influencée par d’innombrables facteurs environnementaux au rang desquels comportements, pensées et psychothérapie ont maintenant droit de cité, même pour les psychopharmacologues les plus reconnus. Ernest Rossi cite Stephen M. Stahl qui dans son dernier livre, paru l’an dernier en France, a sidéré bien des psychiatres en affirmant : « (…) Les expériences humaines, l’éducation et même une psychothérapie peuvent changer l’expression des gènes qui modifient la répartition et la  » force  » de connexions synaptiques spécifiques. (…) On peut donc dire que les gènes modifient le comportement et vice versa.» (Psychopharmacologie essentielle, Flammarion, 2002, p.21)

Ainsi, les souvenirs, les pensées, les émotions, les comportements qui correspondent à une organisation neuronale donnée peuvent être en permanence modifiés en agissant sur l’expression des gènes qui commandent la synthèse des protéines et les connexions synaptiques.
De récentes recherches ont montré que chaque fois qu’un souvenir de peur revient la nature nous donne une opportunité de le remanier, recadrer, réorganiser en activant l’expression des gènes concernés.
Ce phénomène ne se produisant pas quand on essaye de chasser ce souvenir, nous voilà confortés dans notre utilisation préférentielle de techniques paradoxales : le fait de ressentir la peur permet de la recadrer.

Même si nous ne savons pas encore quels sont les gènes activés ou désactivés dans tel ou tel symptôme, par telle ou telle intervention, notre pratique de la thérapie nous a depuis longtemps permis de mesurer à quel point un recadrage, une prescription de tâche ou une séance d’hypnose peuvent, lorsqu’ils «conviennent» au patient, l’aider à changer de façon profonde et durable. D’un point de vue systémique, nous ne sommes donc pas surpris par l’idée que ces changements soient, dans une relation circulaire, causes et conséquences de changements structurels au niveau neuronal.

En tous les cas, l’optimisme thérapeutique de Milton H. Erickson, très largement repris par les praticiens de l’école de Palo Alto, trouve là des bases neurophysiologiques, qui, qu’on les considère ou non comme des métaphores, ouvrent de multiples possibilités prenant en compte toute la complexité d’un système humain, loin du déterminisme linéaire qui a trop longtemps prévalu en psychologie.
L’apport remarquable d’Ernest Rossi, tout au long de ce séminaire, aura été d’associer à ces exposés scientifiques des démonstrations sur leurs applications cliniques.

Partant du principe ericksonien selon lequel le rôle du thérapeute est de fournir au patient les conditions qui permettent les ré-associations et les changements internes, il nous a présenté différents modèles d’intervention visant à mettre en place la possibilité pour le patient d’activer pluri-quotidiennement sa propre créativité.
Se référant au processus créateur en quatre étapes (recueil d’informations, incubation, illumination, vérification) décrit par le mathématicien Henri Poincaré, Rossi l’utilise «comme paradigme pour faciliter l’expression génique, la neurogénèse et la guérison en rejouant les systèmes de la mémoire, de l’apprentissage et des comportements qui encodent les expériences de vie significatives.»
Il insiste sur le parallèle que l’on peut faire entre ce processus créateur et les cycles biologiques ultradiens qui rythment notre vie éveillée comme notre sommeil. Pour Rossi, qui attire depuis longtemps notre attention sur ces cycles ultradiens, apprendre à les reconnaître et les utiliser nous permet d’optimiser nos performances externes et nos processus de guérison internes.

Les deux journées de ce séminaire ont ainsi été ponctuées de démonstrations de séances d’hypnose, collectives ou individuelles, et d’exercices dans lesquels la transe hypnotique est comprise comme un état de focalisation intense permettant le changement.

L’apparente simplicité de la pratique clinique d’Ernest Rossi la rend d’autant plus impressionnante : par des suggestions minimalistes et une extrême attention portée aux indices non verbaux, il met en route des processus internes dont on peut mesurer l’ampleur à travers les émotions et les mouvements idéomoteurs des mains du sujet. Le plus souvent, dans le cadre de ces démonstrations, il n’a pas besoin de connaître le problème que le sujet est en train de traiter, preuve, s’il en fallait une, que c’est le patient qui se «soigne» lui-même et que le rôle du thérapeute se limite à la mise en place du contexte favorable aux reconstructions internes.

Rossi a d’ailleurs précisé qu’en dehors de la thérapie, ont été identifiés de nombreux autres contextes favorables à ces processus d’activation de l’expression génique permettant des changements dans une optique de guérison : la surprise de la nouveauté, les rêves, la répétition dans l’apprentissage, la prière et la méditation (et plus précisément le dénominateur commun des expériences spirituelles: la fascination, la grandeur, le mystère désignés par le philosophe des religions Rudolf Otto par le terme de «numineux» qui sera repris par Jung).
Notons qu’Ernest Rossi, de formation jungienne à l’origine, insiste sur cette «expérience psychologique de la beauté du numineux» comme ayant joué un grand rôle dans le processus de sa propre guérison après son accident vasculaire cérébral.

L’ensemble de ce séminaire a comporté pour nous tous les ingrédients nécessaires à l’activation de l’expression génique : nous venions pour apprendre quelque chose de nouveau, nous avons été fascinées par les exposés scientifiques, nous avons eu dans les démonstrations et les séances collectives de multiples occasions d’exercer la technique…

En rédigeant ce compte rendu, avec quelques semaines de recul, nous pouvons déjà mesurer les changements dans notre pratique de thérapeutes : un optimisme thérapeutique renforcé, une conviction encore plus grande dans l’idée que les ressources se trouvent chez le patient et que notre rôle n’est pas de trouver des suggestions ou des tâches ingénieuses pour l’aider à changer, mais plutôt de lui offrir un contexte lui permettant d’accéder à ses propres capacités de changement.
Ces notions, pourtant affirmées et répétées dans les discours ericksoniens et palo-altiens, restent trop souvent théoriques tant il est difficile de renoncer au rôle d’expert tout puissant. Dans la pratique de l’hypnose, comme dans celle des stratégies paradoxales, on voit bien à quel point il est difficile d’adopter et de conserver cette position basse qui seule peut permettre au patient de changer, comme cela lui convient, dans le sens qui lui convient.

Nous savons que le travail d’Ernest Rossi n’est pas toujours très facile d’accès, tant pour ce qui concerne les recherches en neurosciences que pour sa pratique clinique épurée.
Cependant, à une époque où les thérapeutes sont de plus en plus souvent à la recherche de techniques codifiées et de protocoles thérapeutiques reproductibles, il est intéressant de se pencher sérieusement sur les apports des neurosciences pour voir à quel point l’extraordinaire complexité de notre monde ouvre la porte à la créativité de chacun.

© I. Bouaziz/Paradoxes © C. Gaudin/Paradoxes


Ernest Rossi et Pauline Guillerd, sa traductrice ©Paradoxes

Bibliographie
Ernest Rossi, docteur en psychologie, est un auteur prolifique, pas moins de vingt et un livres et cent vingt-quatre articles sont recensés sur son site internet : http://www.ernestrossi.com

Traductions françaises
Rossi E.L., Nimmons D., 2O minutes de répit, Éd. de l’homme, Montréal, 1992
Ross E.L., Psychobiologie de la guérison, Desclée de Brouwer, Paris, 1993, 2° édition Éd. Le Souffle d’or, 2002
Rossi E.L., Du symptôme à la lumière. La nouvelle dynamique des systèmes auto-organisés en hypnothérapie. Le germe, (Éd. SATAS), Bruxelles, 2001

Et sa dernière publication non encore traduite :
Rossi E.L., The psychobiology of gene expression : Neuroscience and Neurogenesis in Therapeutic Hypnosis and the Healing Arts. NY: W.W. Norton Professional Books, 2002

Il est possible de se procurer ces livres en contactant les librairies suivantes :
- L’attente de l’oubli, 46, av. de la république, 52100 Saint-Dizier. Tél.: 03 25 56 46 49. Fax 03 25 56 94 70
- SATAS, Chaussée de Ninove, 1072, B-1080 Bruxelles, Belgique. Tél. : 00 32 569 69 89. http://www.satas.be

———–

Institut Milton H. Erickson de Paris : www.merickson-paris.asso.fr

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Laisser un commentaire

*