communications courtes

Comment l’approche paradoxale m’a réconciliée avec moi-même

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017 Brigitte Quinton, CFACM = coach, facilitatrice, auteur, comédienne et metteur en scène…vous voyez le problème ?

Coach, chercheur, pédagogue mais aussi auteur, comédienne, metteur en scène et clown, dans une culture française où le titre fait l’être, j’ai avancé masquée pendant quinze ans, presque honteuse de cette déviance à la norme, donnant à voir à mes interlocuteurs uniquement la facette qu’ils attendaient : celle qui serait admise dans leur contexte. J’ai eu envie de vous conter comment l’approche systémique paradoxale m’a enfin autorisée à me réunifier. Unité de temps, de lieu et d’action… qu’est-ce ce qu’est un problème au sens Palo Altien, sinon une scène extraite du film de nos vies ? Celui dont nous sommes les acteurs, perpétuels improvisateurs, mais dont nous aimerions tant pouvoir être auteurs, réalisateurs et metteur en scène… « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs » disait le grand William Shakespeare. Et si ce n’était que sa vision du monde ?

Lire la suite »

Vivent les stéréotypies : Une approche palo-altienne de l’autisme

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Héloïse BERTRAND, psychopraticienne

Qu’en serait-il si on se proposait d’appliquer à la population si particulière des personnes avec autisme les prémisses du modèle de Palo Alto ? Quelles seraient les implications pratiques d’un double regard constructiviste et systémique sur leur prise en charge? Ainsi, entre autres, les « rejoindre dans leur vision du monde » n’amènerait-il pas à accepter, voire à partager, leurs stéréotypies, ces mouvements et activités répétitifs qui les absorbent parfois complètement ?
Projet acrobatique, voire périlleux, si l’on se soucie ce faisant de « tenir compte du contexte », du poids de la Norme, du discours des autres professionnels et de la vision du monde des parents…

Lire la suite »

Coaching ou thérapie : une question de vision du monde…

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Pierre-Jacques Barthe, consultant et coach
Illustrations de Jacques Barthe

Les formations au coaching, comme de nombreux articles sur le sujet, insistent sur la nécessité de distinguer coaching et thérapie. Des avertissements répétés nous alertent sur les contre-indications à un coaching, sur la frontière à ne pas franchir avec la thérapie.
Avec toutes ces mises en garde, il y a de quoi s’interroger et hésiter devant certains cas : Est-ce du coaching ou de la thérapie ? Si certains définissent le coaching comme « la thérapie du bien portant » et que la thérapie est « une manière de traiter une maladie » que deviennent ces définitions dans le modèle non normatif et non pathologisant de l’Ecole de Palo Alto ?

Lire la suite »

Il ne fait pas bon souffrir au travail dans notre pays, moi j’vous l’dis !

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Michèle Bedouet, DRH

Je suis DRH dans des PME (petites et Moyennes Entreprises) ou des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire). Avant même d’exercer ce métier, par choix, j’avais remarqué qu’on pouvait souffrir au travail… voire plus !
Aujourd’hui, pour moi, ça ne fait aucun doute… Même quand on désire accompagner les salariés – à venir, en poste ou en rupture – vers le meilleur, on fait vite face à des vents contraires.
Et quand on est soi-même en butte à de la maltraitance au travail et qu’on demande de l’aide, on peut découvrir comment certains psy, spécialistes de la souffrance au travail, s’y prennent, avec les meilleures intentions du monde, pour ajouter une maltraitance supplémentaire.
Hélas, je sais de quoi je parle : il ne fait pas bon souffrir au travail dans notre pays !

Lire la suite »

Palabres africaines : Liens et différences avec la pensée systémique.

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Annie Innocenti, consultante en stratégie d’influence

Palabres africaines millénaires sous l’arbre du baobab à la sortie du village ou approche de Palo Alto venue du nouveau monde, ces deux méthodes ont l’ambition commune d’aider à la résolution de problèmes humains dans leur contexte en utilisant fondamentalement la parole et l’écoute.
Qui écoute et qui parle ?
Quels sont les objectifs et les stratégies de questionnement ?
Le regard étonné de l’anthropologue sera notre guide.

Lire la suite »

De l’autre côté du miroir : quand une thérapeute devient cliente

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 15 octobre 2016
Audrey BEAUMONT, psychologue

Thérapeute en formation à l’approche paradoxale j’ai bénéficié de la méthode pour un problème personnel. J’espérais bien entendu le résoudre, mais également appréhender « de l’intérieur » la méthode. Je vous propose de plonger avec moi au cœur de cette expérience : Est-ce que « ça marche » lorsque l’on connait les techniques ? Suis-je parvenue à tout décoder telle une bonne élève ? Qu’est ce qui m’a aidée ? Et 8 mois après, où en suis-je ? Qu’ai-je découvert de nouveau en visionnant la vidéo de l’intervention ?

Lire la suite »

Enseigner Palo Alto en management interculturel : un retour aux sources.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Jean MASSELIN, psychologue du travail, formateur
Communication à la XVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 15 octobre 2016

Le paysage de la formation interculturelle en entreprise est dominé par les approches typologiques, qui ont en commun de chercher à cartographier les cultures selon différentes dimensions.
A minima, ces formations ont le mérite de sensibiliser à l’existence de différentes manières de voir le monde…
Pourtant, elles fournissent relativement peu de clés pratiques aux managers sur la manière d’aborder ces situations complexes. Pire, dans certains cas, elles contribuent à figer des différences dans l’esprit de leurs utilisateurs, ce qui peut s’avérer tout à fait contre-productif au regard de l’objectif initial : permettre à des personnes de cultures différentes de travailler ensemble.
C’est ici que l’approche de Palo Alto, dont les origines sont justement en partie issues des travaux anthropologiques de Grégory Bateson, présente une alternative non seulement intellectuellement plus complète mais aussi plus respectueuse que les « outils » couramment commercialisés.
Lire la suite »

Où est passé le paradoxe ?

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Georges ELKAN, pédo-psychiatre

L’originalité de la thérapie brève était un paradoxe. Elle était originale entre autres  parce qu’en délaissant le cheminement sémiologie-pathologie-thérapeutique, elle se trouvait à contre courant de la plupart des autres psychothérapies. A un autre niveau, le paradoxe intervenait comme un des outils favorisant le changement dans les interventions tant d’opportunités que planifiées propres au modèle de Palo Alto.
En 2015, que sont devenues l’originalité initiale de cette pratique et l’utilisation bien spécifique qui y était faite du paradoxe ?

Lire la suite »

« 15 ans de problèmes … et j’en veux encore! »

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Isabelle LAMBION, psychologue.

Cela fait quinze ans que non satisfaite d’avoir à régler certains problèmes personnels, je m’amuse à me mêler de ceux des autres dans l’espoir de les aider à y trouver des solutions.
Je propose de faire le bilan d’une aventure humaine bousculante mais passionnante.
Il sera question, en particulier, de ma conjugaison d’une pratique de psychothérapeute en libéral avec deux autres activités professionnelles, à savoir l’enseignement de la psychologie dans une école supérieure et un travail de psychologue et psychothérapeute en maison médicale.

Lire la suite »

Quand l’approche de Palo Alto aide les élus à décider

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Sandra Huppe – urbaniste au CAUE27

Le Conseil d’Architecture, Urbanisme et Environnement est une association dont la mission principale est le conseil et la formation aux élus locaux dans les domaines précités. L’application de l’approche systémique paradoxale a permis de faire évoluer radicalement la posture adoptée par les professionnels du CAUE lors de leurs interventions. On constate un impact direct sur la mise en capacité d’agir des élus qui donne une nouvelle dimension aux formations, bien au delà du simple apport d’expertise technique. Dans le cadre de conseils sur des questionnements plus ciblés, le décodage de la situation (contexte, problème, objectifs, visions du monde…) se révèle être un outil très efficace au service de l’aboutissement des projets locaux.

Lire la suite »

Sortir de la zone rouge ? Une illustration du modèle de Palo Alto au sein d’un foyer de l’Enfance.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Sébastien HERCHE, éducateur spécialisé.

Au Service Famille d’un Centre Départemental de l’Enfance, j’accompagne des familles dont les enfants sont placés par décision judiciaire ou administrative. Bien souvent, il s’agit d’histoires de vie très dégradées et paraissant sans issue : maltraitances, négligences sévères, abus sexuels…
Pour autant, par le questionnement stratégique et la posture respectueuse qu’elle induit, l’Intervention Systémique Paradoxale me permet de rejoindre les gens où ils en sont, de m’imprégner de leur réalité pour décider ensemble s’il convient de changer et pour quoi faire?
Toutefois, la pratique du modèle de Palo Alto peut aussi être source de difficultés dans le travail avec les collègues et les partenaires, tant sa logique et sa rigueur sont parfois insuffisamment perçues.
Je vous propose d’illustrer ces propos en vous racontant l’accompagnement éducatif d’une famille.

Lire la suite »

La préparation de l’entretien tripartite, un moment clé dans le coaching

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Marie-Laure VOISARD, coach d’entreprise

La séance tripartite (entreprise, coaché et coach) a pour but de définir le contrat de coaching en entreprise. Dans une approche systémique, le coach prend en compte tous les acteurs concernés, la dimension hiérarchique et la part de contrainte dans la demande de changement. Cette réunion doit être préparée par des rendez-vous individuels avec les différents acteurs. Durant ces entretiens, le coach aide la ligne hiérarchique à clarifier sa demande de changement vis-à-vis du coaché. Les attentes et les enjeux seront ainsi mieux explicités lors de la tripartite, ce qui favorisera la réussite du coaching.
A travers des exemples, nous regarderons : quels sont les acteurs pertinents et dans quel ordre les rencontrer, quel est le contenu des entretiens selon les interlocuteurs, comment ces entretiens constituent déjà une intervention sur le système.

Lire la suite »

De l’exercice de « l’Anthropologue et l’Extraterrestre » à la vraie vie auprès de mes managers.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Christine M., Manager

Pourquoi, en tant que manager, cette approche a-t-elle été intéressante pour moi ? Comment je m’en sers lors de mes entretiens individuels avec chacun de mes managers ?
Comment la « Grille de classement des informations » déclinée dans le Modèle de Palo Alto, me sert-elle à garder un « fil d’Ariane » ? Qu’est-ce qui me permet de les aider dans leurs tentatives de résoudre leurs problèmes, à un moment donné, avec leur équipe ou avec un équipier ?
Et finalement, en quoi cet outil de « rangement », cette « grille » a-t-elle aussi ses limites dans mon contexte ?

Lire la suite »

Qui suis-je pour prétendre aider ? Réflexion sur la relation d’aide avec le modèle de Palo Alto

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Anne BLEHAUT, coach, consultante RH

Aider une personne à aller mieux. L’enjeu est de taille, en particulier pour une coach, novice en expérience et jeune en âge, qui se persuade au gré de ses interventions que « la découverte de l’erreur est porteuse de la promesse de nouveaux progrès » (G.Bateson). Mais de quel type d’erreurs parle-t-on ? Les erreurs de « technique » dues au manque d’expérience ou du fait de nos limites humaines peuvent être « récupérables » et très instructives, certes. En est-il de même pour les erreurs de posture ? Pouvons-nous prendre des risques dans la manière dont nous posons notre regard sur notre client et sur l’interaction en jeu ? Et pour entamer la réflexion, ne faut-il pas commencer par explorer le regard que l’on pose sur soi-même, praticien, soumis comme le client à l’effet Rosenthal ?

Lire la suite »

Commencer une formation par la fin: Les joies et les peines d’un voyage de Palo Alto au coaching généraliste

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Raffaella BOTTINO, consultante, dé-formatrice

J’ai fait les choses à l’envers : une formation en 3 cycles à l’approche de Palo Alto AVANT une formation de coach généraliste.  « Pourquoi as-tu fait ça ? », m’a-t-on demandé ?  Je pense que c’était, peut être, pour me conformer à l’idée répandue que « quand même les bases sont essentielles pour avancer ! ».
Mais… est-il vraiment vrai que pour être un bon professionnel il faut connaître les bases ? Faut-il savoir que le feu est « la production d’une flamme et la dégradation visible d’un corps par une réaction chimique exothermique d’oxydation appelée combustion » pour allumer une cigarette ?
Qu’est ce que cela fait d’avoir fini là où les autres commencent ? Je vous invite à ce voyage à rebours. Lire la suite »