Articles liés à ‘modèle de Palo Alto’

Comment l’approche paradoxale m’a réconciliée avec moi-même

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017 Brigitte Quinton, CFACM = coach, facilitatrice, auteur, comédienne et metteur en scène…vous voyez le problème ?

Coach, chercheur, pédagogue mais aussi auteur, comédienne, metteur en scène et clown, dans une culture française où le titre fait l’être, j’ai avancé masquée pendant quinze ans, presque honteuse de cette déviance à la norme, donnant à voir à mes interlocuteurs uniquement la facette qu’ils attendaient : celle qui serait admise dans leur contexte. J’ai eu envie de vous conter comment l’approche systémique paradoxale m’a enfin autorisée à me réunifier. Unité de temps, de lieu et d’action… qu’est-ce ce qu’est un problème au sens Palo Altien, sinon une scène extraite du film de nos vies ? Celui dont nous sommes les acteurs, perpétuels improvisateurs, mais dont nous aimerions tant pouvoir être auteurs, réalisateurs et metteur en scène… « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs » disait le grand William Shakespeare. Et si ce n’était que sa vision du monde ?

Lire la suite »

Vivent les stéréotypies : Une approche palo-altienne de l’autisme

Actualités, Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Héloïse BERTRAND, psychopraticienne

Qu’en serait-il si on se proposait d’appliquer à la population si particulière des personnes avec autisme les prémisses du modèle de Palo Alto ? Quelles seraient les implications pratiques d’un double regard constructiviste et systémique sur leur prise en charge? Ainsi, entre autres, les « rejoindre dans leur vision du monde » n’amènerait-il pas à accepter, voire à partager, leurs stéréotypies, ces mouvements et activités répétitifs qui les absorbent parfois complètement ?
Projet acrobatique, voire périlleux, si l’on se soucie ce faisant de « tenir compte du contexte », du poids de la Norme, du discours des autres professionnels et de la vision du monde des parents…

Lire la suite »

Voyage(s) au(x) pays de l’absentéisme. les apports de l’intervention systémique paradoxale

Actualités, Rencontres de PARADOXES

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017
Lise-Hélène Cortes, consultante, coach

Parler de l’absentéisme en entreprise revient généralement à partager des chiffres, opposer des visions du monde tranchées, parfois évoquer une épidémie, ou affirmer que telle ou telle action règlerait le problème, sans toujours obtenir toutefois des évolutions tangibles ou durables…
Face à un mot finalement si peu défini, je vous propose de chausser les lunettes de l’intervention systémique paradoxale pour explorer différentes vignettes de cette « réalité » au sein d’un gros système et, peut-être, tenter d’autres modes d’intervention. »

Lire la suite »

Souvenirs de François ROUSTANG

Actualités, Divers, Rencontres de PARADOXES

Communication à la XVIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 7 octobre 2017

Lire la suite »

La communication stratégique : un outil, des applications multiples

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIVème Journée de Rencontre de  Paradoxe, 17 octobre 2015  VF
Karin SCHLANGER psychologue, directrice du Centre de Thérapie Brève du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie)
(Traduction Pascal Jacquelin )

Toute interaction constitue un acte de communication parce qu’il est impossible pour un être humain de ne PAS communiquer. Puisque nous sommes prisonniers des mots, pourquoi ne pas optimiser l’efficacité de nos paroles et favoriser ainsi un changement positif ? Nous nous intéresserons à l’implicite des messages, à la communication positive et nous verrons comment exercer une influence bienveillante en vue de résoudre les problèmes qui nous sont exposés dans divers contextes.

Lire la suite »

Strategic Communication: one tool, multiple applications

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIVème Journée de Rencontre de  Paradoxe, 17 octobre 2015, VO
Karin SCHLANGER psychologue, directrice du Centre de Thérapie Brève du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie)

All interaction is communication because it is impossible for humans NOT to communicate. Since we are prisoners of words, why not use them in the most effective way to promote positive change? We will discuss implicit messages, positive communication and how to use influence with a beneficial purpose of solving problems presented to us in various settings”
In order to begin talking about ‘words are magic if used strategically’ we need to practice what we preach. I want to set the context of how we think and what we are looking for. I will give a quick overview of the problem-solving model in which we focus on… problems! It sounds negative by California standards AND, we all get called into a consulting or coaching when something is not working or when there is the threat, real or perceived, that something is going to not work. Problems, by our standards, always happen in a context. A human context. It is in that context that the solution will emerge from, as well.  Of course, a given situation or problem, when it occurs in different times or contexts, requires a different solution.  Because we are only human and our ‘construction of reality’ is informed by common sense, we tend to apply the same solution that has worked with one kind of problem not only to problems of the same kind, the same family but also to problems that look similar.

Lire la suite »

Où est passé le paradoxe ?

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Georges ELKAN, pédo-psychiatre

L’originalité de la thérapie brève était un paradoxe. Elle était originale entre autres  parce qu’en délaissant le cheminement sémiologie-pathologie-thérapeutique, elle se trouvait à contre courant de la plupart des autres psychothérapies. A un autre niveau, le paradoxe intervenait comme un des outils favorisant le changement dans les interventions tant d’opportunités que planifiées propres au modèle de Palo Alto.
En 2015, que sont devenues l’originalité initiale de cette pratique et l’utilisation bien spécifique qui y était faite du paradoxe ?

Lire la suite »

Quand l’approche de Palo Alto aide les élus à décider

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Sandra Huppe – urbaniste au CAUE27

Le Conseil d’Architecture, Urbanisme et Environnement est une association dont la mission principale est le conseil et la formation aux élus locaux dans les domaines précités. L’application de l’approche systémique paradoxale a permis de faire évoluer radicalement la posture adoptée par les professionnels du CAUE lors de leurs interventions. On constate un impact direct sur la mise en capacité d’agir des élus qui donne une nouvelle dimension aux formations, bien au delà du simple apport d’expertise technique. Dans le cadre de conseils sur des questionnements plus ciblés, le décodage de la situation (contexte, problème, objectifs, visions du monde…) se révèle être un outil très efficace au service de l’aboutissement des projets locaux.

Lire la suite »

L’Intervention Systémique Paradoxale dans le contexte du Lean (amélioration continue)

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIVème Journée de Rencontre de  Paradoxe, 17 octobre 2015
Olivier Gaudichau, Expert Lean & Coach Palo Alto

Résumé : Lean et approche de Palo Alto évoluent dans deux univers quasi parallèles et ne se rencontrent pas dans les organisations. Pourtant, dès que l’on a posé correctement ce qu’est le Lean, sort un thème fondamental d’action en commun autour de la Résolution de problème, champ que revendiquent le Lean et l’approche de Palo Alto. Ce sont des problèmes un peu différents, pris à des niveaux un peu différents mais qui s’enrichissent de cette réflexion croisée. Et si le Lean, regardé avec les yeux de Palo Alto, était une vision du monde particulière par son efficacité et sa capacité à transformer la vision du monde de ceux qui le pratiquent ? Au final, l’un et l’autre peuvent s’accorder sur un objectif : celui d’augmenter le champ des possibles dans leurs interventions respectives. Et au quotidien ? Si le coaching tente parfois de s’adjoindre au Lean pour le changement des hommes et des processus, l’approche de  Palo Alto est celle qui pourrait s’allier le mieux en posant un regard systémique sur les problèmes et en travaillant le plus en amont possible à préserver ou accroître, pour les acteurs, la marge de manœuvre qui rend possible la transformation.

Lire la suite »

Masterclass de Karin SCHLANGER , 15 et 16 octobre 2015, Paris

Masterclass

L’association Paradoxes a le plaisir de recevoir, pour la deuxième fois,  Karin Schlanger, PhD,  psychothérapeute,  directrice du Brief Therapy Center (centre de thérapie brève CTB)  du Mental Research Institut (MRI) de Palo Alto et du Grupo Palo Alto. ( www.grupopaloalto.com)

©Karin Schlanger/Paradoxes

Lire la suite »

Commencer une formation par la fin: Les joies et les peines d’un voyage de Palo Alto au coaching généraliste

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Raffaella BOTTINO, consultante, dé-formatrice

J’ai fait les choses à l’envers : une formation en 3 cycles à l’approche de Palo Alto AVANT une formation de coach généraliste.  « Pourquoi as-tu fait ça ? », m’a-t-on demandé ?  Je pense que c’était, peut être, pour me conformer à l’idée répandue que « quand même les bases sont essentielles pour avancer ! ».
Mais… est-il vraiment vrai que pour être un bon professionnel il faut connaître les bases ? Faut-il savoir que le feu est « la production d’une flamme et la dégradation visible d’un corps par une réaction chimique exothermique d’oxydation appelée combustion » pour allumer une cigarette ?
Qu’est ce que cela fait d’avoir fini là où les autres commencent ? Je vous invite à ce voyage à rebours. Lire la suite »

Solving problems within school organizations

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Karin Schlanger
, psychologue, directrice du Centre de Thérapie Brève du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie)

pour la version  française : La résolution de problèmes en milieu scolaire

Lire la suite »

La résolution de problèmes en milieu scolaire

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Karin Schlanger
, psychologue, directrice du Centre de Thérapie Brève du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie)
Version originale en anglais: Solving problems within school organizations. Traduction par Pascal Jacquelin.

De plus en plus d’écoles sont devenues des microcosmes qui reflètent la complexité des grandes organisations. Certaines écoles privées sont gérées selon les mêmes principes que les entreprises dont le but est le profit, avec des administrateurs et des enseignants qui ont des intérêts différents. Les premiers ont besoin que les élèves obtiennent de bons résultats aux examens de sorte qu’en retour cela attire davantage d’étudiants payants, tandis que les seconds ont besoin, par vocation, de garder les étudiants impliqués dans l’apprentissage. Ce n’est qu’un exemple de ce qui pourrait créer un problème dans une école quand nous les regardons comme un système. Notre stratégie de résolution de problèmes présente une autre façon de regarder de tels systèmes pour promouvoir un changement efficace.

Lire la suite »

En quête de la maîtrise du modèle : est-il nécessaire d’être expert du modèle pour l’utiliser avec bonheur ?

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Catherine CONTI, consultante, formatrice

Lorsque l’on fait le choix d’un modèle, cela peut-être avec l’espoir qu’il nous rende plus pertinent dans notre pratique professionnelle. On se met à l’apprendre, on s’astreint à une pensée cohérente et régulière, dans le respect de ses principes. On peut aussi y entrer avec la croyance qu’il est enfin « le bon », comme attiré par la promesse d’intelligence qu’il dégage lorsqu’on écoute ceux qui semblent si bien le maîtriser déjà. Et l’on peut s’engager dans cette quête à faire de même, à vouloir exceller dans l’utilisation de sa rhétorique sophistiquée, si possible avec élégance et brio.
Mais la question de l’utilisation efficace d’un modèle, et de celui-ci en particulier, se pose-t-elle réellement en termes de « vérité et d’exactitude d’un savoir technique » ? Dans mon histoire, il y a 7 ans,  j’ai abordé ce modèle à la fois séduite et méfiante. Peut-être cette distance était-elle le meilleur moyen de me préserver d’un idéalisme dogmatique, ou d’une possible arrogance intellectuelle.
Au-delà de faire la démonstration d’un esprit habile, comment trouver son chemin avec ce modèle ? Cette communication est le partage de ce qui s’est enclenché pour moi, et avec mes clients, au cours de cet apprentissage.

Lire la suite »

Expérience d’une tâche paradoxale : une spirale infinie!

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Pierre Jacques BARTHE, coach

Que peut bien vivre un client auquel on prescrit une tâche paradoxale ? Cela dépend de nombreux paramètres : le problème, l’objectif, la tâche, le contexte, la vision du monde,… et l’on ne saura probablement jamais répondre dans l’absolu à cette question.
Mon intervention vise à témoigner de mon expérience d’une tâche paradoxale, à partager les métaphores que cette expérience m’a évoquées et à vous emporter sur une spirale sans fin jusqu’au jour J où je devais accomplir cette tâche.
« Quelle spirale, que l’être de l’homme. Dans cette spirale, que de dynamismes qui s’inversent. On ne sait plus tout de suite si l’on court au centre ou si l’on s’en évade » BACHELARD, Poétique de l’Espace

Lire la suite »