Bavarder et travailler

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Georges ELKAN, pédopsychiatre

En classe, bavarder est sensé empêcher le travail. En consultation, on bavarde souvent, et justement, c’est alors qu’on travaille. En thérapie brève, on s’attache à avoir des entretiens structurés autour d’interventions pertinentes et si possible stratégiques. Parfois, ce n’est pas ce qui se passe. Il peut alors être aidant de se référer aux travaux d’Harlene Anderson sur la conversation dans un sens thérapeutique.

« Et comme l’on parle, qu’est-ce donc que cela ?
De la prose.
Quoi ! Quand  je dis « Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit », c’est de la prose ?
Oui, monsieur
Par ma fois, il y a  plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela. » (Le bourgeois gentilhomme, acte II, scène IV)

La même gratitude me lie à Harlene Anderson dont la lecture récente de « Conversation, langage et possibilités » m’a donné l’illusion que je ne faisais pas du n’importe quoi lors de certaines consultations.  L’ouvrage  m’attendait depuis bientôt 10 ans bien en évidence sur les rayonnages réservés chez moi aux livres sur les thérapies.

Peut-être avais-je tenté de le lire au moment de son achat, mais l’accumulation de citations dès les premières pages de ce très sérieux travail était intimidante et je m’étais abstenu.

A tort car après  70 pages de précautions riches en références, j’aurais lu comment depuis plus de 20 ans, cette thérapeute familiale avait déjà expérimenté et théorisé, à partir du choix de s’attacher au langage du client, bien des notions que nous nous sommes appropriées en passant par des chemins un peu parallèles aux siens.

De l’utilisation du langage du client dans un sens stratégique pour l’aider à définir son problème et dans un second temps à adhérer aux interventions du thérapeute en diminuant les résistances, elle décrit comment elle voit le changement toucher sa position de thérapeute, ses attitudes et ses procédures thérapeutiques.

Elle parle d’une approche collaborative, du passage de superviseur de l’histoire du client qui utilise le langage comme « un outil d’adaptation » à celui de coauteur d’histoires nouvelles. Elle insiste sur l’impossibilité de planifier et prédire les conséquences de ces « conversations thérapeutiques » qui s’accompagnent d’un « sentiment de liberté » presque paradoxalement confortable. Elle constate aussi comment ce que je traduis par la position spontanément et non pas stratégiquement  basse associée à l’acceptation de ne pas savoir permet d’éviter de  juger le client. Il s’agit alors d’un  processus collaboratif dans lequel la responsabilité de la thérapie se partage tandis que l’aspect hiérarchique de la relation thérapeutique cesse d’être un enjeu.

Ceux qui connaissent la thérapie brève à la mode de chez nous auront perçu non pas les outils que nous utilisons mais la position où certains d’entre nous se sentiraient plutôt dans le confort pour favoriser le changement.

J’y vois pour ma part une piste qui m’aiderait à justifier a posteriori une façon de laisser aller certaines consultations au cours desquelles, définir ce qui est fait en référence à un cadre thérapeutique et des procédures codifiées devient difficile. Pas question de classifier ces situations, ça constituerait une démarche diagnostique, exercice auquel il nous paraît fondamental d’échapper chez Paradoxes.

De façon anecdotique me vient à la mémoire une famille  dont les membres parlaient très peu. Ils avaient  déjà une grande expérience des thérapies de toute sorte, et toléraient mal que l’institution scolaire insiste tant pour qu’ils continuent à consulter avec leur fils en retard du fait d’une anomalie génétique. La crainte de l’école  portait sur les soins qui auraient pu manquer au développement du garçon. Des consultations espacées avaient calmé les enseignants, et finalement, nous avions construit, avec la famille puis avec l’enfant, qui au fil des années arrivait à y participer, une longue conversation sur l’organisation scolaire et son évolution. Cela permettait accessoirement de modifier la vision du monde des parents sur certains évènements scolaires qui les heurtaient. Je crois qu’ainsi la scolarité était devenue moins conflictuelle pour les différentes parties.

Il m’arrive de croire que  la thérapie brève ne marche plus aussi bien avec moi qu’au début, lorsque je la découvrais et m’appliquais à en suivre le cheminement codifié et bien en remplir la grille. Serais-je devenu  « périmé » comme un vieux comprimé  moins actif. Cette métaphore était récemment courante dans les cours  de  récré. Un garçon qui me consultait pour des problèmes de comportement bien gênants en classe me l’a servie. Ses parents, pendant plusieurs consultations,  avaient gentiment relevé et analysé toutes mes tentatives de recadrage. J’en étais venu à tenter de construire avec  eux une conversation qui ait un sens quant au problème qu’ils apportaient. Ils avaient joué ce jeu pendant trois entretiens, et avaient fini par dire que je les faisais  trop participer aux consultations puis par me congédier en direct au moment où la mère trouvait mon successeur sur son smart phone.

Avec des parents qui consultaient plusieurs thérapeutes à la fois pour leur fille aux riches symptômes  catalogués « psychosomatiques », j’avais cru pertinent d’éviter un questionnement qui aurait pu s’ajouter aux tentatives de solutions qui s’accumulaient et nous avions eu quelques consultations qui ressemblaient à des conversations. Cela n’a pas convenu. Ils attendaient que je leur fasse des « rapports » et que je leur remette des comptes rendus écrits. Ces derniers  se seraient ajoutés  à la littérature d’aspect scientifique aux termes souvent stéréotypés et au contenu impersonnel qu’ils accumulaient sur leur enfant. Dans un marché aussi concurrentiel que celui des thérapies, le côté très peu spectaculaire du travail construit sur les prémisses de la thérapie brève, me rendait  peu compétitif et  la maman m’avait vite  sèchement révoqué.

Il arrive aussi que le côté peu brillant du cadre de ces suivis bâtards aux confins de la thérapie brève  convienne, ou que finalement on renonce à chercher autre chose. Le suivi alors, (je n’ose plus parler de thérapie) peut continuer. Il conviendrait de se demander s’il est encore nécessaire dans la mesure où il intervient  quand,  ayant renoncé à traiter le problème, la famille se désintéresse des tentatives de solution. Mais il faut tenir compte de tous les interlocuteurs qui n’entendraient pas qu’une prise en charge ne dure que quelques semaines et qui créeraient d’autres problèmes à l’enfant et à ses parents si ceux-ci se  confrontaient trop visiblement à cette vision du monde commune.

Dans ces cas, le changement n’est pas toujours demandé où attendu. Ce qui l’est c’est le suivi, tel que voulu par les partenaires (scolaires, sociaux, sanitaires). Il arrive cependant qu’il se manifeste. Mais qui va le remarquer, alors qu’on aura été dans l’impossibilité de prédire quel il allait-être ? Une fois mis au jour, il m’arrive d’être en peine de le considérer comme un changement. Qu’on entende moins souvent parler du problème pourrait être le signe d’une évolution satisfaisante pour les clients.

Au fil des ans, vous nous avez entendu dire que le modèle de la thérapie brève n’était ni meilleur ou plus efficace, ni d’ailleurs pire que les autres. Nous l’avons choisi car d’un point de vue constructiviste, il correspondait mieux à la vision que nous nous faisions d’un cadre thérapeutique qui respecte la façon de penser et le système de référence du client et ne lui impose pas de normes qui lui soient étrangères.

Je bavarde devant vous, donc je ne suis pas hors sujet. Avec certains patients, nous bavardons  depuis des années. Au début, nous avions bien essayé de rester dans les clous, de nous en tenir au questionnement stratégique, aux recadrages, aux tâches planifiées, nous croyions nous être accordés sur la définition d’un problème, voire, rarement parce que j’oublie toujours de le faire préciser, sur un objectif. Au fil des semaines, des mois, des années, nous avions progressivement renoncé à scruter la situation problématique et à guetter ses modifications. En parlant d’autre chose, nous changions cependant progressivement l’histoire, l’horizon s’élargissait, le cadre en était modifié et nous pouvions voir au-delà du problème. Il ne s’agit pas d’un 180° sur un plan horizontal plutôt d’une hausse de l’angle de vision de 30° selon un axe vertical mais c’est peut-être une sorte de recadrage.

Comme on l’a vu, certains patients ne parlent presque pas. Rarement, c’est le problème pour lequel ils consultent. Plus souvent, c’est qu’il ne leur est pas naturel de s’exprimer verbalement, moins fréquemment, ils peuvent manifester leur opposition à une démarche qui leur est imposée et ne leur convient pas. Je bavarde alors quand je sens que le silence serait plus pénible et  plus agressant que mes monologues. Il s’agit de parler tout en restant pertinent quant au caractère thérapeutique attendu du cadre de la consultation. Ce qui est dit ne doit pas heurter le client quant à sa façon de voir le monde ni s’éloigner de son  problème si celui-ci a pu être défini, ou bien de sa situation si un problème n’a pu être co-construit.

Devant un client vraiment silencieux, je peux  ainsi lancer des ballons d’essai  (Karin Schlanger utilise ce terme pour des interventions plus orthodoxes que mes approximations) et observer comment il y réagit. Cela va conduire à  abandonner ou au contraire élaborer un récit qui soit s’étiolera, soit prendra un caractère métaphorique. Le récit  pourra éventuellement être repris pendant plusieurs consultations. Je guetterai alors les signes, lassitude clairement exprimée où attitudes d’inconfort, qui devront nous pousser à orienter différemment ce récit.

Naturellement taiseux et sans aisance oratoire, je m’interroge sur les mécanismes adaptatifs qui me permettent d’adopter un comportement qui me soit si étranger que le bavardage (sans aucun effort, j’ai eu 10 de conduite pendant toute ma scolarité primaire). L’hypnose s’invite peut-être et me permet de faire ce qui m’est pratiquement impossible dans la vie quotidienne, même avec des personnes avec qui  je me sens « en phase ». Il ne s’agit pas d’hypnose conversationnelle. Dans le processus que j’essaie de mettre en mots, la transe ne concernerait  que le thérapeute. Cependant, ces états qu’on a tant de mal à définir, ne sont pas étanches et chaque personne présente, selon ses possibilités, y participe. Un observateur extérieur  percevrait alors le débit verbal plus régulier et les modulations vocales, moins marquées que dans le langage ordinaire, qui accompagnent ces états particuliers.

Le strict  cadre de la thérapie brève, à travers des  interventions tels les recadrages ou le questionnement stratégique, peut conduire bien sûr, à des situations comparables. Mais comment s’y tenir quand le client n’y participe que par son silence ? Ainsi cette préadolescente en famille d’accueil suite à des carences et des mauvais traitements. Les adultes voudraient qu’elle n’investisse pas l’assistante maternelle qui l’accueille depuis sa petite enfance et qu’elle montre de la joie et masque son inquiétude quand on l’oblige à voir ses parents. Il faudrait donc qu’elle soit en « thérapie ». Or elle tient à sa position, et refuse tout ce qui la remet en cause. Mais elle n’a pas le choix et doit accepter des soins. En sa présence, je parle pour deux, reformule ce qui me semble être son histoire telle qu’elle la penserait. Je la vois souvent résignée, parfois agacée, parfois aussi, comme ces maîtres dont la patience et l’indulgence sont trop sollicitées, montrer un découragement et malgré tout une indulgence qui m’autorise à continuer. Chaque fois, depuis bientôt trois ans que nous nous voyons chaque mois, elle part en souriant et me tendant la main et accepte le rendez-vous suivant. Nous n’avons pas défini de problème, peut-être évitons-nous celui que serait la thérapie hebdomadaire dont on la menace pour l’aider à changer son attitude ?

Et ce jeune homme autiste qui continue le lycée sans lier aucun lien avec ses pairs avec qui il n’aurait d’autres sujets à partager que les cours boursiers et les catastrophes climatiques ? En quoi le récit sur la réglementation des échanges commerciaux où il me convie avec application et patience depuis des mois (avant c’étaient les panneaux ferroviaires) serait-il métaphorique ? Il n’a pas non plus défini de problème, son absence d’intérêt pour les contacts sociaux n’en étant pas un à ses yeux. Je sais qu’il  trouve une utilité à notre conversation, car sinon, fidèle à sa façon binaire de raisonner, il y mettrait fin sans aucun sentimentalisme. Là aussi, j’accepte sa réalité et cherche à me l’approprier, le temps de la consultation, et me garde de la juger. Je n’ai d’ailleurs pas le temps de faire appel à mes valeurs tant je dois me concentrer pour suivre notre conversation. Il se rend compte que ses propos me sont parfois impénétrables (signe qu’il  arrive à mieux gérer une des conséquences de son autisme) mais il accepte pourtant que nous continuions à converser.

Sans Harlene Anderson, je n’aurais pas osé parler ici de ces suivis qui ne sont ni brefs, ni apparemment du moins, stratégiques. Je n’arrivais pas à définir ce qui se passait, je continuais à m’inscrire dans le cadre de la thérapie brève en cherchant à rester pertinent dans mes interventions et me rassurais un peu en pensant être au mieux attentif à la vision du monde de mes clients. Je n’aurais jamais osé prétendre co-construire des récits dans un contexte thérapeutique stratégiquement délimité. Je ne suis pas sûr d’avoir compris ce que Halrene Anderson a théorisé et doute que le genre d’expérience que je rapporte corresponde, même de très loin, au modèle thérapeutique qu’elle a inventé. Dans un but pédagogique, je ne crois pas  que mes presque verbigérations puissent servir d’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Je n’y trouve finalement pas assez de cohérence pour en tirer une description, à défaut de définition, de ce que je fais parfois en doutant de ma fidélité à mon modèle préféré.

Finissons en classique comme nous avions commencé :

Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d’un nuage épais toujours embarrassées ;
Le jour et la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure
L’expression, la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Nicolas Boileau, L’art poétique Chant I (1674)

(1) Harlene Anderson, Conversation, langage et possibilités. Une approche post moderne de la thérapie. 1997 by Basic Books A division of Harper Publishers, inc . 2005 SATAS S.A. trad. Alain Robiolio.

©  Georges Elkan/Paradoxes

Pour citer cet article : Georges ElkanBavarder et travailler, 2014.
www.paradoxes.asso.fr/2014/10/bavarder-et-travailler/

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Laisser un commentaire

*