Articles liés à ‘paradoxe/paradoxal’

« Ne pas vouloir pour l’autre ». Voir le monde avec de nouvelles lunettes…

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 15 octobre 2016
Alexandre JACQUES, consultant indépendant en ressources humaines

C’est à la fois un précepte et une technique que j’ai peu à peu déclinés à différents niveaux, au fur et à mesure de ma réflexion et des occasions de pratique. C’est un fondement du modèle sans doute difficile à appliquer, mais l’humilité qu’il implique et la confiance qu’il impose est d’une grande puissance : c’est comprendre que je ne sais pas mieux que l’autre ce qui est bien pour lui, même si j’ai les meilleures intentions du monde.
Avec le temps, cela devient un fil conducteur, une valeur et une posture.

Lire la suite »

Intervention systémique paradoxale et intervention sociale : Lorsque deux interventions se croisent…que se racontent-elles ?

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 15 octobre 2016
François SIMONOT, thérapeute, formateur

L’intervention sociale, dans sa fonction d’accompagnement de personnes en difficulté, est confrontée à des situations de plus en plus complexes.  Elle recherche donc constamment des « formules », des moyens, des outils pour une meilleure mise en œuvre de ses missions. Et parfois, elle s’approche de l’intervention systémique paradoxale… Partant de mon expérience de terrain comme éducateur et chef de service en institution, mais aussi comme formateur auprès d’acteurs sociaux, je vous propose de mettre en perspective les convergences entre le modèle de l’intervention systémique paradoxale et l’intervention dans le champ social, à partir de questions simples : pourquoi la commande sociale s’intéresse-t-elle à l’intervention systémique paradoxale ? Comment les acteurs sociaux s’approprient-ils le modèle ? Quelles difficultés spécifiques rencontrent-ils dans l’apprentissage, dans la mise en œuvre…

Lire la suite »

Où est passé le paradoxe ?

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Georges ELKAN, pédo-psychiatre

L’originalité de la thérapie brève était un paradoxe. Elle était originale entre autres  parce qu’en délaissant le cheminement sémiologie-pathologie-thérapeutique, elle se trouvait à contre courant de la plupart des autres psychothérapies. A un autre niveau, le paradoxe intervenait comme un des outils favorisant le changement dans les interventions tant d’opportunités que planifiées propres au modèle de Palo Alto.
En 2015, que sont devenues l’originalité initiale de cette pratique et l’utilisation bien spécifique qui y était faite du paradoxe ?

Lire la suite »

Sortir de la zone rouge ? Une illustration du modèle de Palo Alto au sein d’un foyer de l’Enfance.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Sébastien HERCHE, éducateur spécialisé.

Au Service Famille d’un Centre Départemental de l’Enfance, j’accompagne des familles dont les enfants sont placés par décision judiciaire ou administrative. Bien souvent, il s’agit d’histoires de vie très dégradées et paraissant sans issue : maltraitances, négligences sévères, abus sexuels…
Pour autant, par le questionnement stratégique et la posture respectueuse qu’elle induit, l’Intervention Systémique Paradoxale me permet de rejoindre les gens où ils en sont, de m’imprégner de leur réalité pour décider ensemble s’il convient de changer et pour quoi faire?
Toutefois, la pratique du modèle de Palo Alto peut aussi être source de difficultés dans le travail avec les collègues et les partenaires, tant sa logique et sa rigueur sont parfois insuffisamment perçues.
Je vous propose d’illustrer ces propos en vous racontant l’accompagnement éducatif d’une famille.

Lire la suite »

Le conflit pour le pire… ou pour le meilleur

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 4 octobre 2014
Mathieu Maurice, philosophe, consultant

Le point de départ : une entreprise demande une formation « gestion des conflits ». Le point d’arrivée : la mise en place d’une formation « réhabiliter le conflit ».
Le point de départ : un constat partagé sur les ravages provoqués par les conflits entre directions et entre salariés. Le point d’arrivée : un constat partagé sur les ravages du consensus et des « organisations anti-confrontation ».
Le point de départ : conflits sociaux, cloisonnements, lourdeur de l’organisation. Le point d’arrivée : conflits sociaux, confrontation, agilité de l’organisation.
Entre ces deux points se dessine une évidence : moins il y a de conflit, plus il y a de conflit… Et inversement ! De quoi partager avec vous une tentative amusante d’intervention paradoxale. Lire la suite »

Ni coachs, ni thérapeutes, mais qu’est ce qu’on fout là ?


Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 4 octobre 2014
Selva DEMAUX, Cécile MINGALON, psychologues, conseils pour les médias

Nous ne sommes ni coach, ni thérapeutes
Nous sommes des psy-marketeuses, missionnées par des grandes chaînes de Télévision pour optimiser l’audience de magazines, de jeux, de séries télévisées, …Nous ne travaillons pas sur des problématiques relationnelles, et nous ne nous sommes pas formées à l’approche de Palo Alto pour intégrer de nouveaux outils à notre catalogue de méthodes.
Pourtant, le modèle a silencieusement, mais profondément modifié notre manière de travailler.
Et c’est le plus souvent sous la forme de formules puissantes qu’il s’invite ; en particulier, au travers de celles que l’on a appellera dorénavant nos 4 Fantastiques :
- 1€ pour le coup de marteau, 99 pour savoir où le mettre
- M’enfin, ça dépend du contexte !
- Houla ! pas trop vite sur les solutions 
- C’est pas plus vrai qu’aut’chose

Lire la suite »

Fatou et les Paradoxes, du B-A BA du paradoxe au paradoxe du B-A BA.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Héloïse BERTRAND
, orthophoniste
La prise en charge d’une petite fille non lectrice de presque 7 ans par une orthophoniste fraîchement initiée à l’intervention systémique paradoxale. Un cas clinique réel, écrit sous la forme d’un conte, une fiction orthophonique, une version quasi idéale, comme si ratés et imprécisions n’avaient pas existé, comme si les étapes de l’intervention s’étaient enchaînées au mieux, comme si les réparties avaient été inspirées en temps réel par un souffleur palo altien… « Fatou et les paradoxes », ou l’histoire d’une fillette en échec scolaire à laquelle Lorto Foniste recommande de ne surtout pas apprendre à lire
.

Lire la suite »

Enthousiasmes et déconfitures : des ponts entre ma pratique de l’improvisation clown et mes tentatives d’intervention avec le modèle de Palo Alto

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Brigitte le CHEVALIER, coach en entreprise et clown acteur social

Cette prise de parole sera l’occasion d’interroger sérieusement (ou pas) différents aspects tels que : la présence à soi et à l’autre dans une improvisation, dans une intervention : des ponts et/ou des fossés ; la disponibilité pour accueillir l’imprévu selon le « rôle » dans lequel je me situe ; le regard naïf du clown et le regard d’anthropologue du systémicien, des regards cousins ou pas ? ; la prise en compte des informations venant de l’autre et ce que j’en fais en tant que clown, en tant qu’intervenante avec le modèle ; le clown apprenti ou champion de la position basse ; et enfin, le clown est de passage, il vient de quelque part et repart vivre sa vie : qu’est-ce que cela peut nous dire en tant qu’intervenant avec nos clients ?

Lire la suite »

La Thérapie Brève Systémique : 20 ans d’amour et… on l’aime toujours !

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communications à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Georges ELKAN, pédopsychiatre, Chantal GAUDIN psychiatre, Irène BOUAZIZ psychiatre

1993: Trois psychiatres en quête d’une issue au désespoir institutionnel se forment à la Thérapie Brève de Palo Alto.
20 ans plus tard, ils la pratiquent et l’aiment toujours. Pourquoi ?
A une époque d’obsolescence galopante où les modèles thérapeutiques se périment aussi vite que les téléphones mobiles, comment cela est-il donc possible ? Restent-ils envoutés par sa beauté ? Se sont-ils sclérosés sous l’effet de sa simplicité ? Ou bien sont-ils dans l’illusion délirante qu’ils ont trouvé LA méthode qui peut tout résoudre ? ou  autre chose …Eux-mêmes le savent-ils ?

Lire la suite »

La ronde des clients

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIème journée de Rencontre de Paradoxes, 13 octobre 2012
C Chambon, consultante et coach

Qui est le «client» dans une intervention d’accompagnement d’équipe ?
Longtemps j’ai pensé que c’était celui ou celle qui «voulait que son équipe change», le dirigeant qui commandait l’accompagnement. Chemin faisant,  j’ai constaté que c’était souvent beaucoup plus nuancé que ça, que d’autres clients  exprimaient, à différents moments, des demandes de changement, et que parfois même le demandeur initial s’éclipsait, occupé à d’autres priorités.
J’exposerai, lors de cette journée, une expérience d’accompagnement dans une institution où  cette «ronde des clients» a été très active et riche en rebondissements, et notamment  comment nous avons  trouvé une manière de continuer à travailler dans la direction initiale, à une période ou les dirigeant étaient  «absents», totalement focalisés sur d’autres enjeux.

Lire la suite »

Approche paradoxale et apprentissage d’une nouvelle langue.

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIème journée de Rencontre de Paradoxes, 13 octobre 2012
Pascal JACQUELIN, coach et professeur agrégé d’anglais

Cette intervention vise à démontrer en 7 minutes (1) en quoi l’apprentissage de l’approche paradoxale s’apparente à l’apprentissage d’une nouvelle langue ; (2) en quoi l’approche paradoxale peut s’appliquer à l’apprentissage d’une langue étrangère ; et par conséquent (3) en quoi, l’approche paradoxale s’applique à l’apprentissage de l’approche paradoxale.

Lire la suite »

Comment le paradoxe vient-il au thérapeute ?

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la dixième journée de Rencontre de Paradoxes, 15 octobre 2011
Vania TORRES-LACAZE, thérapeute et coach

Utiliser le paradoxe fait souvent peur au jeune thérapeute en apprentissage. Comment, en le vivant, il a été possible d’expérimenter les effets libérateurs de la prescription du symptôme et observer le déblocage du patient  et … du thérapeute !
Lire la suite »

Le paradoxe, dans l’histoire et la logique…

Rencontres de PARADOXES

Communication à la dixième journée de Rencontre de Paradoxes, 15 octobre 2011
Mathieu Maurice, philosophe, consultant

En logique, le paradoxe peut aussi bien signaliser un problème… que suggérer un remède. De l’antiquité grecque aux logiciens contemporains, de la littérature aux mathématiques, de la thérapie à la philosophie, le paradoxe nous plonge dans la logique déstabilisante du « contre courant ». Et quand, comme l’écrivait Camus dans son Sisyphe, « vouloir, c’est susciter les paradoxes », alors, tout se complique…
Lire la suite »

De la Thérapie Brève de Palo Alto à l’Intervention Systémique Paradoxale

Rencontres de PARADOXES

Communication à la 10ème Journée de Rencontre de Paradoxes, 15 octobre 2011
Irène Bouaziz, psychiatre

La Thérapie Brève de Palo Alto a radicalement transformé notre pratique de psychiatres et psychothérapeutes. Au fil des années, grâce aux retours de nos clients et de nos élèves, nous l’avons transformée aussi.
Qu’en avons-nous donc fait aujourd’hui?
Lire la suite »

Prescrire le symptôme : une expérience de réalité virtuelle.

Communications

Communication au VIIème forum de la Confédération Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brève  (CFHTB)  2-4 juin 2011, Biarritz

Docteur Irène Bouaziz, psychiatre

Résumé :
De toutes les tâches thérapeutiques, la prescription de symptôme est certainement la plus périlleuse à envisager pour le thérapeute et la plus difficile à accepter pour le patient : « Vous voulez perdre 20 kilos ? Alors, prenez-en 20 ! »
De Viktor Frankl aux pionniers de l’Ecole de Palo Alto, en passant par Milton Erickson, l’injonction paradoxale, bien comprise et bien utilisée, se montre un outil thérapeutique aussi efficace qu’intriguant :

Lire la suite »