Articles liés à ‘posture’

Quand l’approche de Palo Alto aide les élus à décider

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIVème journée de Rencontre de Paradoxes, le 17 octobre 2015
Sandra Huppe – urbaniste au CAUE27

Le Conseil d’Architecture, Urbanisme et Environnement est une association dont la mission principale est le conseil et la formation aux élus locaux dans les domaines précités. L’application de l’approche systémique paradoxale a permis de faire évoluer radicalement la posture adoptée par les professionnels du CAUE lors de leurs interventions. On constate un impact direct sur la mise en capacité d’agir des élus qui donne une nouvelle dimension aux formations, bien au delà du simple apport d’expertise technique. Dans le cadre de conseils sur des questionnements plus ciblés, le décodage de la situation (contexte, problème, objectifs, visions du monde…) se révèle être un outil très efficace au service de l’aboutissement des projets locaux.

Lire la suite »

Les clients sont formidables !

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Irène BOUAZIZ, psychiatre

Si, avec le modèle de résolution de problèmes de Palo Alto, le praticien se limite à amener le client à cesser ses efforts pour atteindre son objectif, c’est parce qu’il a confiance. Il a confiance dans les capacités du client à trouver des solutions qui lui conviennent.
L’arrêt des tentatives de solution est compris comme un des éléments qui contribuent à créer un contexte favorable pour que le client accède à ses ressources. Un contexte favorable … pour peu qu’on ne le pollue pas trop…
Quelques réflexions autour d’une technique hybride: paradoxe et hypnose
.
Lire la suite »

Equipes : comment faire des interactions le seul outil d’intervention ?

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Laurence MORYOUSSEF, coach

Les habitudes des entreprises, les réflexes de nos clients ainsi que la pratique courante des consultants ont contribué à créer un consensus autour de l’utilisation d’outils lorsqu’on intervient auprès d’une équipe. Outils théoriques, outils de diagnostic, outils d’animation. Leur utilisation me mettait parfois dans une forme d’inconfort. Je me suis posée la question de leur compatibilité avec des interventions que je voulais constructivistes, systémiques et visant l’arrêt des tentatives de solutions. Au fur et à mesure de ma réflexion et de ma pratique, j’ai finalement décidé de faire sans… Je me propose de partager avec vous ce cheminement vers une pratique qui n’est pas toujours simple mais que je trouve nettement plus confortable.

Lire la suite »

Qui suis-je pour prétendre aider ? Réflexion sur la relation d’aide avec le modèle de Palo Alto

Rencontres de PARADOXES, communications courtes

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 4 octobre 2014
Anne BLEHAUT, coach, consultante RH

Aider une personne à aller mieux. L’enjeu est de taille, en particulier pour une coach, novice en expérience et jeune en âge, qui se persuade au gré de ses interventions que « la découverte de l’erreur est porteuse de la promesse de nouveaux progrès » (G.Bateson). Mais de quel type d’erreurs parle-t-on ? Les erreurs de « technique » dues au manque d’expérience ou du fait de nos limites humaines peuvent être « récupérables » et très instructives, certes. En est-il de même pour les erreurs de posture ? Pouvons-nous prendre des risques dans la manière dont nous posons notre regard sur notre client et sur l’interaction en jeu ? Et pour entamer la réflexion, ne faut-il pas commencer par explorer le regard que l’on pose sur soi-même, praticien, soumis comme le client à l’effet Rosenthal ?

Lire la suite »

Ni coachs, ni thérapeutes, mais qu’est ce qu’on fout là ?


Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 4 octobre 2014
Selva DEMAUX, Cécile MINGALON, psychologues, conseils pour les médias

Nous ne sommes ni coach, ni thérapeutes
Nous sommes des psy-marketeuses, missionnées par des grandes chaînes de Télévision pour optimiser l’audience de magazines, de jeux, de séries télévisées, …Nous ne travaillons pas sur des problématiques relationnelles, et nous ne nous sommes pas formées à l’approche de Palo Alto pour intégrer de nouveaux outils à notre catalogue de méthodes.
Pourtant, le modèle a silencieusement, mais profondément modifié notre manière de travailler.
Et c’est le plus souvent sous la forme de formules puissantes qu’il s’invite ; en particulier, au travers de celles que l’on a appellera dorénavant nos 4 Fantastiques :
- 1€ pour le coup de marteau, 99 pour savoir où le mettre
- M’enfin, ça dépend du contexte !
- Houla ! pas trop vite sur les solutions 
- C’est pas plus vrai qu’aut’chose

Lire la suite »

Quand la mort croise la vie : Entendre et accompagner l’indicible

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIIème journée de Rencontre de Paradoxes, le 4 octobre 2014
Aleksandra KOSINSKA psychologue, formatrice

Un nouveau né est assez âgé pour mourir…. j’ai entendu cette phrase un jour sur les bancs de l’université…  mais je n’ai vraiment réalisé sa portée qu’en accompagnant des patients qui ont vécu ce drame… Les êtres humains passent par toutes sortes de souffrances et d’épreuves de la vie. Celles qui sont le plus douloureuses, celles qui questionnent le plus, sont souvent celles qui touchent à la mort.
Comment, en tant que thérapeute, pouvons nous prétendre soulager dans des pareilles circonstances ?
Comment l’approche de Palo Alto peut-elle nous aider à aider ?
Au delà de la stratégie et des outils, quelle vision du monde peut nous permettre de rejoindre l’autre sans se noyer dans le désespoir ?

Lire la suite »

En quête de la maîtrise du modèle : est-il nécessaire d’être expert du modèle pour l’utiliser avec bonheur ?

Rencontres de PARADOXES

Communication à la XIIème journée de Rencontre de Paradoxes, 5 octobre 2013
Catherine CONTI, consultante, formatrice

Lorsque l’on fait le choix d’un modèle, cela peut-être avec l’espoir qu’il nous rende plus pertinent dans notre pratique professionnelle. On se met à l’apprendre, on s’astreint à une pensée cohérente et régulière, dans le respect de ses principes. On peut aussi y entrer avec la croyance qu’il est enfin « le bon », comme attiré par la promesse d’intelligence qu’il dégage lorsqu’on écoute ceux qui semblent si bien le maîtriser déjà. Et l’on peut s’engager dans cette quête à faire de même, à vouloir exceller dans l’utilisation de sa rhétorique sophistiquée, si possible avec élégance et brio.
Mais la question de l’utilisation efficace d’un modèle, et de celui-ci en particulier, se pose-t-elle réellement en termes de « vérité et d’exactitude d’un savoir technique » ? Dans mon histoire, il y a 7 ans,  j’ai abordé ce modèle à la fois séduite et méfiante. Peut-être cette distance était-elle le meilleur moyen de me préserver d’un idéalisme dogmatique, ou d’une possible arrogance intellectuelle.
Au-delà de faire la démonstration d’un esprit habile, comment trouver son chemin avec ce modèle ? Cette communication est le partage de ce qui s’est enclenché pour moi, et avec mes clients, au cours de cet apprentissage.

Lire la suite »

De la Thérapie Brève de Palo Alto à l’Intervention Systémique Paradoxale

Rencontres de PARADOXES

Communication à la 10ème Journée de Rencontre de Paradoxes, 15 octobre 2011
Irène Bouaziz, psychiatre

La Thérapie Brève de Palo Alto a radicalement transformé notre pratique de psychiatres et psychothérapeutes. Au fil des années, grâce aux retours de nos clients et de nos élèves, nous l’avons transformée aussi.
Qu’en avons-nous donc fait aujourd’hui?
Lire la suite »

Le Rebond, ou une expérience du non-pouvoir

Rencontres de PARADOXES

Communication à la neuvième journée de Rencontre de Paradoxes, 16 octobre 2010
François Simonot,  formateur et thérapeute.

Si nous connaissons la notion du non-vouloir, ce positionnement si particulier du thérapeute face à son patient, je me propose de vous faire partager, en suivant le cours de quelques séances, l’expérience que m’ont fait vivre trois patients (membres d’une même famille) autour de la notion du non-pouvoir.De ce non-pouvoir découle l’impossibilité de mettre en œuvre le fameux « arrêt des tentatives de solutions », et lorsqu’un thérapeute a la certitude de ne rien pouvoir faire, alors que fait-il ?
Comment le thérapeute peut-il s’appuyer sur son impuissance pour créer un contexte favorable au processus thérapeutique ?

Lire la suite »

Qui influence qui? La relation thérapeutique revisitée

Communications

Communication présentée au sixième forum de la Confédération francophone d’hypnose et de thérapies brèves, Voyages extraordinaires entre stratégies et intuition, Nantes les 7, 8 et 9 mai 2009
Docteur Irène Bouaziz

La communication que je présente aujourd’hui devant vous est le résultat de multiples influences.
Tout d’abord l’influence de mes patients qui m’ont appris, au fil des années, qu’ils en savent plus que nous sur ce qui est bon pour eux et qu’il peut être fructueux de se laisser influencer par eux.
Lire la suite »

De la révolution à la co-évolution

Communications

Communication au vingtième anniversaire de l’Institut Gregory Bateson, Liège, octobre 2007
Docteur Irène Bouaziz

L’Institut Gregory Bateson fête ses 20 ans. Bravo !
Bravo et merci d’avoir consacré toutes ces années à diffuser dans l’Europe francophone la Thérapie Brève de Palo Alto. Bravo et merci de nous donner aujourd’hui une occasion de nous retrouver, de regarder le chemin parcouru et celui qui se trouve devant nous.

Lire la suite »

Du modèle de Palo Alto dilué dans de la formation pour acteurs sociaux

Rencontres de PARADOXES

Communication à la cinquième journée de Rencontre de Paradoxes, 14 octobre 2006
François Simonot, psychothérapeute, formateur

Résumé : Où je pourrai vous témoigner de l’utilisation du modèle de Palo Alto dans le cadre de formations que je dispense auprès d’acteurs sociaux ( Assistantes  Sociales., Educateurs, Moniteur-Educateurs, T.I.S.F. …).Ces formations ont pour axe principal l’éducatif. Elles n’ont donc pas pour objectif l’apprentissage du modèle lui-même.
Je tenterai d’expliquer comment j’intègre, malgré tout, certaines notions fondamentales du modèle de Palo Alto auprès des stagiaires.

Lire la suite »

Par delà la douleur et la souffrance : le paradoxe créatif

Communications

Communication aux troisièmes Transversales de Vaison-la-Romaine
Douleur, souffrance et hypnose. Empreintes et chemins. 25-27 mai 2006

Docteur Irène Bouaziz

«S’il est un domaine où l’on n’ose rarement s’aventurer avec le paradoxe, c’est bien celui de la souffrance et de la douleur. Plus qu’ailleurs, la crainte de faire du mal tend à pousser le thérapeute dans la voie du réconfort, de la réassurance. Pourtant, aussi difficile cela puisse-t-il être, le paradoxe est un moyen précieux pour rejoindre le patient dans sa souffrance et lui offrir des opportunités de soulagement inédites.»

Lire la suite »

Des prémisses à la posture : pour un paradoxe écologique

Rencontres de PARADOXES

Communication à la quatrième Journée de Rencontre de Paradoxes, 15 octobre 2005
docteur Irène Bouaziz, psychiatre

Résumé :
Choisir de travailler avec le modèle de résolution de problèmes humains de l’approche de Palo Alto implique, théoriquement, l’acceptation du package complet: prémisses constructivistes et systémiques, stratégie paradoxale, outils.
Lire la suite »